CONFIDENCES DU WEEK-END : L’affaire des boissons d’un ex-rebelle ivoirien

CONFIDENCES DU WEEK-END : L’affaire des boissons d’un ex-rebelle ivoirien

lundi 17 novembre 2008.
 
Au Burkina une affaire fait grand bruit actuellement et se trouve dans les mains de la justice. Il s’agit d’un membre de l’ex-rebellion en Côte d’Ivoire qui a fait entrer sur le territoire burkinabè, une grosse quantité de boissons, notamment des liqueurs, qu’il a stockée chez lui. Profitant de l’absence de son patron, le gardien des lieux a fait sortir ces boissons et les a vendues. Saisie, la gendarmerie, après ses enquêtes, a interpellé vendeurs et receleurs.

Finalement, les boissons ont été récupérées. Mais leur propriétaire n’a pas voulu en rester là car l’affaire s’est retrouvée aux mains de la justice, et ce sont les avocats qui sont entrés dans la danse. Il se susurre dans les coulisses du palais que l’arroseur pourrait devenir l’arrosé quand il s’agira de justifier l’entrée des boissons sur le territoire burkinabè.


Gon-Boussougou : le MATD appelé à la rescousse

Une crise couve dans la commune rurale de Gon-Boussougou (province du Zoundwéogo), si l’on en croit l’écrit d’un groupe de conseillers, parvenu à notre Rédaction. Ces conseillers se disent victimes d’un ostracisme de la part du maire qui rejetterait leurs questions, leur refuserait des audiences et ne les associerait pas à l’élaboration du budget. Leur tort serait de ne pas être du même parti que le maire. Ils invitent donc le MATD à venir voir plus clair dans la gestion du maire à qui ils reprocheraient aussi d’autres pratiques peu orthodoxes.

------------- Incendie du véhicule d’un conseiller de Koubri : deux suspects à la MACO

Deux ressortissants de Koubri ont été déférés à la MACO (maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou) le 11 novembre dernier. Ils ont été appréhendés et inculpés dans l’affaire de l’incendie du véhicule d’un conseiller municipal de la localité dans la nuit du 19 au 20 septembre dernier. La victime avait accusé le maire dont il dénonçait la mauvaise gestion de la commune, d’avoir commandité l’opération. L’édile avait bien sûr nié ces accusations. L’affaire suit donc son cours et un procès devrait permettre de situer les responsabilités. Par ailleurs, le MATD (ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation) a bouclé son enquête sur la gestion de la commune et des opérations de lotissement. Là aussi, on attend de savoir ce qu’il en est exactement.

----------

Accident sur l’axe Petit Balé - Boromo : les mesures du ministère des Transports

66 morts. C’est le triste bilan provisoire de l’accident qui a endeuillé de nombreuses familles, tant burkinabè qu’ivoiriennes, le samedi 15 novembre dernier aux environs de 5h du matin. Sur le terrain, la mission du gouvernement burkinabè, composée des ministres en charge des Transports, de la Sécurité et de l’Administration territoriale, a présenté ses condoléances aux familles éplorées et s’est rassurée qu’une enquête a été promptement diligentée. Pour l’instant, il semble que la vétusté du car, l’un des véhicules accidentés, serait l’un des mobiles du drame. Face au constat de la vétusté du parc automobile de façon générale au Burkina, le ministère des Transports avait pris la question à bras le corps. Dès son arrivée à la Direction générale des transports terrestres et maritimes (DGTTM), la nouvelle équipe avait mis en place une direction de la normalisation et du contrôle. Celle-ci s’active à limiter à moins de 10 ans, l’âge des véhicules qui entrent au Burkina, venant de l’extérieur. Cette mesure qui doit contrer la dégradation inquiétante de l’environnement, devrait pouvoir réduire aussi de façon conséquente les risques d’accident.


Mésaventure de parlementaires mauritaniens au Burkina

Dans une de nos éditions, nous avions évoqué la présence de parlementaires mauritaniens à Ouagadougou. Nous écrivions par ailleurs qu’ils n’ont pu rencontrer, officiellement en tout cas, aucune autorité burkinabè. La raison est toute simple. Ces hôtes, pro-pushistes sans doute en quête d’alliés, venus expliquer la situation à leurs hôtes burkinabè, ont manqué leur rencontre avec le président de l’Assemblée nationale burkinabè.

Alors que ces députés acquis à la cause de la junte militaire étaient attendus au siège du parlement burkinabè par le patron des lieux Roch Marc Christian Kaboré et des responsables et représentants des groupes parlementaires, ils ont décidé une heure avant ce rendez-vous d’aller saluer le Mogho Naba. Malgré les réticences de leurs chauffeurs qui étaient persuadés que c’était impossible pour eux d’aller rendre visite à l’empereur des Mossé et être ponctuels au rendez-vous à l’Assemblée nationale, les parlementaires mauritaniens sont allés au palais du Mogho Naaba. Résultat, ils sont arrivés largement en retard, soit plus de 45 minutes après l’heure, et logiquement il n’y avait plus personne pour les accueillir. Après cet épisode, ils ont tapé à toutes les portes sans être en mesure de rencontrer à nouveau le chef du parlement burkinabè. Ils ont donc dû se contraindre à retourner chez eux sans avoir atteint leur objectif.


L’ADF-RDA sonne le rassemblement

"Développement économique et paix sociale au Burkina Faso : le rôle des partis politiques". C’est autour de ce thème que Me Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’Alliance pour la démocratie et la fédération- Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA), a sonné le tocsin qui annonce le 14e congrès du parti de l’éléphant. Ainsi, les 29 et 30 novembre prochains, les militants de l’ADF-RDA installeront leur QG dans l’un des pavillons climatisés du SIAO. Pour réussir ce congrès qui est l’instance statutaire du parti, les organisateurs s’activent énormément, surtout que les sections du Mali, de la Guinée, du Niger et de la Côte d’Ivoire sont attendues. De même, de source proche du parti, l’ADF-RDA se prépare à accueillir une délégation importante des pays d’Europe, notamment l’International des partis libéraux de la France. En prélude à ce 14e congrès, une convention réunira les membres du Bureau politique national, le vendredi 28 novembre 2008 au CBC.


Salif Diallo à Vienne

Nommé en Conseil des ministres comme ambassadeur du Burkina à Vienne, l’ex-ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et de Ressources halieutiques a quitté Ouagadougou il y a environ 15 jours pour rejoindre son poste. Salif Diallo, dont le départ du gouvernement avait surpris plus d’un et suscité beaucoup de questionnements, commencera sans doute une nouvelle expérience en tant que diplomate. Nombre de personnes se demandent légitimement si celui qui a longtemps été aux avant-postes du CDP, le parti au pouvoir à l’occasion de presque toutes les élections reviendra au Burkina, aux côtés des siens pour la bataille de la présidentielle de 2010.


Tournée du Premier ministre dans le sud ouest 2 : des autorités dans un même car

Pendant la tournée du Premier ministre Tertius Zongo dans le sud ouest, les présidents d’institution , les directeurs généraux et les directeurs régionaux des différents services déconcentrés de la région ont emprunté un car de l’ENEP pour participer aux cérémonies dans les provinces. En voilà une trouvaille, bénéfique à plusieurs titres : c’est à l’évidence un gaspillage qui est évité dans la gestion des biens de l’Etat. Cela résout également le problème des DR non encore nantis de véhicule de fonction. Il y a enfin la familiarité, la solidarité et l’ambiance conviviale suscitée par ce regroupement de ces patrons en tête des structures de la région. En tout cas, c’est un exemple qui pourrait faire école en ces temps de vie chère.


Maladies cardiovasculaires : dépistage gratuit à Ouaga du 15 au 29 novembre 2008

Du 15 au 29 novembre 2008, une grande campagne de sensibilisation sur les maladies cardio-vasculaires a lieu à Ouagadougou. Face à la croissance de ces pathologies au Burkina, la toute nouvelle Fondation du coeur a décidé de prendre le taureau par les cornes en faisant de la prévention. Sont concernés par cette campagne l’hypertension artérielle, l’infarctus du myocarde et l’arrêt cardiaque respiratoire. Des conférences publiques et une campagne gratuite de dépistage sont au menu des activités. L’originalité du dépistage, c’est qu’il visera les lieux de culte musulman, protestant et catholique.


UPB : l’ANEB/Bobo en meeting contre l’absence de restaurant dans des cités

En principe, la section de Bobo de l’Association nationale des étudiants (ANEB/Bobo) tient ce lundi 17 novembre 2008 devant le bâtiment pédagogique situé sur le site de l’Université polytechnique de Bobo (UPB), un meeting qui pourrait être suivi d’un sit-in. L’ANEB/Bobo entend ainsi manifester contre l’absence, depuis le octobre 2008, date de la rentrée académique à l’UPB, de restaurant dans les cités universitaires de Colsama 1 et 2, et de Dafra. Il s’agit également pour l’organisation syndicale estudiantine, de protester contre la volonté manifeste de la direction régionale du CENOU d’annuler les résultats des dernières élections des délégués des cités universitaires.


Bobo : 250 kg de cannabis et de médicaments de rue saisis par les forces de sécurité

Les forces de sécurité et de défense de Bobo Dioulasso à savoir la douane, la gendarmerie, la police nationale et municipale ont mené, le 23 novembre dernier sur instruction du comité national de lutte contre la drogue, une vaste opération contre les médicaments de la rue. Cette action a permis de saisir d’importants lots de ces produits prohibés. Ce sont au total 200 fonctionnaires de la police nationale, de la police municipale, de la gendarmerie et de la douane qui ont participé à l’opération.

Celle-ci a duré de 16h à 19h 30. L’objectif de l’opération, selon le directeur régional de la police nationale des Hauts Bassins, André Oudou Ouédraogo, était d’une part de rechercher et de saisir les médicaments de rue qui contribuent selon lui à aggraver le banditisme et d’autre part, de voir les forces de sécurité et de défense agir ensemble sur la question de la lutte contre les médicaments de la rue et les stupéfiants qui est loin, comme certains pourraient le penser, d’être l’affaire d’un seul corps. Les produits saisis étaient entreposés au camp de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS). Il faut ajouter qu’au même moment où se menait l’opération de saisie des médicaments de la rue à Bobo Dioulasso, une autre était en cours à Léna, département situé à une quarantaine kilomètres de Bobo. Là, plus précisément à Yabasso, c’est le Service régional de la police judiciaire (SRPJ) qui saisissait de la drogue cannabis d’un poids estimé à 250 kg.


Cascades : le gouverneur Legma se réfère à Obama pour l’unité dans sa région

Au cours d’une rencontre le 15 novembre dernier à Bobo avec les ressortissants de sa région à Sya, le nouveau gouverneur des Cascades, Fatimata Legma, s’est référé à l’exemple de Barak Obama, Afro-américain nouvellement élu à la présidence des Etats-Unis d’Amérique, pour inviter ses interlocuteurs à s’entendre pour le développement de leur région d’origine. Ils les a invités à taire leurs divergences politiques et ethniques quand les impératifs du développement l’exigent. Ce qui doit prévaloir aujourd’hui lorsqu’il s’agit du développement des Cascades, c’est la compétence de chacun et non l’appartenance ethnique ou politique, a-t-elle relevé.


20 ans de la CGT-B/Houet : des hommages aux militants disparus

« « 29 octobre 1988 – 29 octobre 2008 : la Confédération générale du travail (CGT-B) du Burkina a 20 ans. Quel bilan de 20 années de vie et de lutte au service de la classe ouvrière et des travailleurs et pour l’élargissement des libertés au Burkina et ailleurs ? ». C’est sous ce thème que l’union régionale de la Confédération générale du travail du Burkina des Hauts Bassins ( CGT-B/Hauts Bassins) a ouvert le 14 novembre dernier à Bobo Dioulasso, sa 14e rentrée syndicale. Le message à cette rentrée syndicale a été livré par Bakary Millogo, secrétaire général de la CGT-B/Hauts Bassins. La rencontre, tenue dans un contexte de crise du système capitaliste, a été une occasion pour les différents intervenants dont le secrétaire général national de la CGT-B, Tolé Sagnon, de fustiger ce système qui se nourrit selon eux des sacrifices des masses laborieuses, et d’appeler les uns et les autres à plus d’engagement pour plus de justice sociale. La rencontre a aussi et surtout été l’occasion pour l’organisation syndicale communiste, de rendre hommage à ses militants disparus, dont Aimé Nikièma, décédé dans un accident de la route, le 14 novembre 1992. Nous reviendrons sur cette 14e rentrée de la CGT-B/ Hauts Bassins dans nos prochaines éditions.


Danger des sources radioactives au Burkina : des Bobolais sensibilisés

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet de l’inventaire des sources radioactives au Burkina Faso, une délégation de l’Autorité nationale de radioprotection et de sûreté nucléaire (ARSN) conduite par son directeur général Zéphirin Athanase Ouédraogo, a tenu le 11 novembre dernier, une rencontre de sensibilisation avec les populations, les membres des corps constitués, et les autorités de la ville de Bobo Dioulasso. En effet, la proximité avec des sources radioactives expose à des risques sanitaires plus ou moins graves pouvant entraîner la mort. Et savoir qu’on a affaire à une source radioactive permet d’observer les précautions nécessaires. C’est consciente de cela que l’Autorité nationale de radioprotection et de sûreté nucléaire a entrepris l’inventaire des sources radioactives au Burkina Faso. Mais, en dehors de Ouagadougou, où près de 50% des équipements radioactifs ont été répertoriés, rien n’a encore véritablement été fait dans les autres régions du pays. La rencontre a permis au DG et aux autres membres de la délégation de sensibiliser l’assistance et de l’inviter à participer activement à la réalisation de l’inventaire des sources radioactives dans le pays. Pascal T. Benon, gouverneur de la région des Hauts Bassins, a salué la venue des membres de l’ARSN.


Un Naaba cuisinier

En plus de son immense talent musical, Alif Naaba est un véritable cordon bleu. Certains de ses amis et connaissances l’ont constaté dimanche 16 novembre 2008. Le couscous et le riz arrosés de sauce mouton qu’ils ont dégustés sont sortis des fourneaux du "prince burkinabè aux pieds nus", ainsi que l’avaient qualifié les mélomanes de Cotonou (Bénin) lors de la dernière tournée sous-regionale de l’artiste, organisée par le Centre culturel français (CCF). On n’a donc pas fini de découvrir le chanteur burkinabè aux mille facettes, dont le nouvel album aux sonorités captivantes devrait bientôt être sur le marché du disque.


Un réseau de parlementaires contre la corruption

Des parlementaires burkinabè ont décidé de s’associer à la lutte contre la corruption. A l’initiative du député CDP Dieudonné Maurice Bonanet, un réseau de parlementaires burkinabè est né depuis la réunion constitutive, le 29 mai 2008. Ce réseau regroupe une trentaine de députés toutes tendances politiques confondues. C’est ainsi qu’on y retrouve entre autres les députés Louis Armand Ouali, Komi Sambo Antoine, Norbert Tiendrébéogo, Me Bénéwendé Sankara, Hyacinthe Kafando, Achille Tapsoba. Le coordonnateur de cette structure, Dieudonné Maurice Bonanet, et ses camarades ambitionnent, entre autres, d’organiser des activités pour sensibiliser et mobiliser les acteurs de la société civile et les décideurs ainsi que le maximum de personnes, au profit de la lutte contre le fléau. Le réseau s’engage également à sensibiliser et informer les députés. Outre le coordonnateur, on retrouve dans le bureau Komi Sambo Antoine (coordonnateur adjoint), Louis Armand Ouali (rapporteur), Issa Sanogo (trésorier), Jacob Ouédraogo (secrétaire à l’organisation) et Fancani Niquiébo (secrétaire à la communication).


Dialogue direct entre le Premier ministre et les acteurs du développement à Gaoua

En marge de sa visite dans le sud ouest du 6 au 7 novembre, le Premier ministre Tertius Zongo a rencontré les acteurs du développement de la région. Au cours de cette rencontre qui fut la dernière activité de la visite du chef de la primature, il était question pour les populations d’aborder avec lui certaines préoccupations. Plusieurs questions ont donc été abordées avec la délégation ministérielle : y a-t-il de réelles chances que les ruines de Loropéni soient inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco ? Comment les partenaires au développement résidents hors de la région pourraient-ils être utiles à la région ? Comment organiser les multiples activités d’orpaillages menées artisanalement ? Bref, c’étaient des questions aussi intéressantes les unes que les autres, auxquelles la délégation ministérielle a apporté des réponses. S’agissant particulièrement de la première question, le ministre Filippe Savadogo a fait savoir que les chances étaient énormes. Soulignant par la suite qu’il appartenait d’abord aux Burkinabè de s’approprier ce patrimoine non encore visité par nombre d’entre eux.


Me Bénéwendé Sankara soutient Macky Sall

Le président de l’UNIR/MS, Me Bénéwendé Sankara, séjournera à Dakar du 15 au 22 novembre prochain. Au cours de ce voyage, il devrait tenter de rencontrer l’ex-président de l’Assemblée nationale sénégalaise, Macky Sall. Me Bénéwendé Sankara devrait, en effet, saisir cette opportunité pour manifester son soutien à cet homme politique avec qui il avait participé à la convention démocrate à Denver. Il faut rappeler qu’une mission de l’UNIR/MS s’est rendue du 11 au 12 novembre dernier à Niamey, cette fois pour soutenir l’ancien Premier ministre nigérien Hama Amadou, actuellement embastillé.


Gynécologie : l’expertise burkinabè en marche

Le 13 novembre dernier, 11 nouveaux diplômés formés à la faculté de médecine de Ouagadougou ont reçu leur parchemin dénommé diplôme d’études spécialisées en Gynécologie et Obstétrique. Ils portent ainsi à 50 le nombre de médecins spécialistes formés en quatre ans par le Burkina dans cette discipline. La qualité de la formation attire de jeunes médecins africains au Burkina qui veulent parfaire leur cursus. Dans le lot regroupé en quatre promotions, l’on compte 13 Maliens, 3 Camerounais, 2 Congolais et 2 Nigériens et un diplômé de Mauritanie et du Tchad. Le ministre Seydou Bouda n’a pas manqué de saluer cette expertise qui grandit le Burkina. La quatrième promotion a pris pour marraine, le tout nouveau représentant résident de l’O.M.S., Dr Djimala Cabral.


Donneurs de sang : une fédération en gestation

Les associations de donneurs de sang bénévoles entendent mettre en commun leurs ressources et leurs stratégies pour accompagner le Plan national de développement sanitaire 2001-2010. C’est ainsi que le 22 novembre prochain, elles devront en principe tenir une assemblée générale pour mettre sur pied une Fédération. Le geste du Président du Faso, qui a fait don de son sang le 10 septembre dernier, est particulièrement symbolique pour les donneurs de sang et "une motivation supplémentaire disent-ils, à la création de cette fédération".


JCI : l’OLM Ouaga Synergie est née

Conformément aux normes internationales de la Jeune chambre internationale, en vue d’élargir la grande famille de cette organisation, et compte tenu de la densité de la population de Ouagadougou, l’OLM Ouaga Excellence, dans sa dynamique d’extension, a permis la naissance de l’OLM Ouaga Synergie dont la présidence provisoire est assurée par Adam Ouédraogo. L’installation officielle de cette nouvelle OLM est prévue en janvier 2009, en marge de la rentrée solennelle de la JCI.


Promotion du sport au Burkina : le 20e CASEM du ministère préconise un plaidoyer

La vingtième CASEM du ministère des Sports et Loisirs, tenue les 13 et 14 novembre dernier à Bobo Dioulasso sous la présidence du ministre Jean Pierre Palm, a accouché d’une décision relative à la promotion du secteur. Il s’agit d’une décision portant élaboration et diffusion d’un document de plaidoyer afin que le sport occupe la place qui devrait être la sienne dans le contexte des axes stratégiques et des actions prioritaires de lutte contre la pauvreté au Burkina .

Le Pays




18/11/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres