EXPOSITION A L’ESPACE CULTUREL NAPAM-BEOGO

EXPOSITION A L’ESPACE CULTUREL NAPAM-BEOGO

 

Du 30 octobre au 12 novembre 2008 se tient une exposition d’un sculpteur sur bronze et de deux peintres à l’Espace Culturel Napam-Béogo sis au secteur 8 de Ouagadougou. Pour en savoir davantage nous avons approché l’administratrice de l’espace.

 

Planète Culture : Présentez-vous et dites nous quel rôle vous jouez à l’Espace Culturel Napam-Béogo.

 

Olivia Chouquet : Je suis Olivia Chouquet, administratrice culturelle de l’Espace Napam-Béogo depuis avril 2007. Mon travail consiste à organiser des expositions, des ateliers de création et des résidences, à gérer un peu la programmation d’un tel espace. Cela demande que je parte à la rencontre des artistes, peintres ou sculpteurs. Nous avons également hébergé les Récréâthrales il y a un mois pour leur résidence. C’est donc fonction des projets mis en place et actuellement je suis entrain de travailler sur un atelier en bande dessinée avec Cyprien, un dessinateur Camerounais. Voilà ce que nous faisons à côté des activités traditionnelles d’exposition.

 

Planète Culture : Justement vous avez 3 artistes qui exposent à partir de ce soir (30 octobre). Sur quels critères ont-ils été retenus ?

 

Olivia Chouquet : Effectivement nous exposons trois artistes. Nous avons Roger Kabré qui travaille sur le bronze, le fer et le bois. Je l’ai vu avec Farafikan un atelier qui fait dans le mobilier et j’ai eu un coup de coeur pour lui. C’est ainsi que j’ai décidé de le programmer pour la prochaine exposition. Ensuite nous avons Ousmane Koula qui est à sa première exposition en peinture. Il fait de l’abstrait et du figuratif avec de l’aquarelle et de l’acrylique. Il est venu de lui-même nous proposer ses œuvres parce qu’il a entendu parler de notre espace et nous avons accepté parce que nous aimons ce qu’il fait. Enfin nous avons Laurent dit « Lolito » qui est un jeune peintre. Il a commencé la peinture il y a environ 7 mois au « Hangar 11 » avec Pierre Garel. Il travaille beaucoup avec de la matière comme la ficelle, les cauris, du coton, de la terre, pour avoir du relief. L’idée c’est d’avoir à chaque exposition un peintre un sculpteur et un jeune talent que nous essayons de lancer.

 

Planète Culture : N’y a-t-il pas de risque qu’un artiste fasse de l’ombre aux autres en exposant trois à la fois?

 

Olivia Chouquet : Je pense que non. Le choix artistique est bien défini à l’avance. Nous aurions pu faire trois peintres ou trois sculpteurs. Mais nous faisons deux peintres un sculpteur pour avoir un mélange de genre et nous faisons toujours attention pour que les deux peintres ne soient pas dans le même registre pour éviter toute concurrence. Des impressions que nous recevons déjà, les gens aiment l’un ou l’autre des peintres, ou les deux à la fois. Il n’y pas de compétition possible entre les deux. Ensuite nous exposons trois artistes parce que nous n’avons pas assez d’espace. Nous faisons ainsi chaque 15 jours pour donner plus d’opportunité aux artistes burkinabé. Nous évitons d’être redondant dans les programmations pour que le public puisse découvrir les nombreux talents qui existent sur place.

 

Planète Culture : 15 jours, n’est-ce pas trop court pour les arts plastiques qui ne sont pas les plus connus par le grand public ?

 

Olivia Chouquet : C’est vrai que 15 jours c’est court mais nous ne pouvons pas faire plus parce qu’il y a plusieurs activités menées au centre. Le 15 novembre déjà, c’est-à-dire 2 jours après cette exposition, nous commençons l’ateliers de bande dessinée qui doit se tenir dans une des salles occupées par l’exposition et qui va durer jusqu’en juin 2009. Ce sera 2 après midi par semaine mais ça prend de l’espace. Nous pensons que ce laps de temps est suffisant. Nous prenons aussi le soin de faire une présentation des artistes avec leurs contacts. Ceux qui sont intéressés peuvent ainsi passer les voir chez eux dans leur atelier. Nous restons en contact avec eux pour suivre leur évolution artistique. S’ils ont d’autres créations intéressantes nous pourrons les programmer peut-être d’ici un an.

 

Propos recueillis par David Sanon



03/11/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres