Inondation à Ouagadougou

Avant la pluie du mardi 1er septembre qui a plongé la capitale burkinabè dans le désarroi, celle de la nuit du 28 août a laissé des traces moins heureuses dans la ville de Yako. Les producteurs et autres propriétaires terriens se régalaient de cette fraîcheur pluviométrique qui a manqué durant plusieurs jours. Par contre, d’autres habitants ont gardé un mauvais souvenir de cette tornade. C’est le cas de cette famille du secteur 2 de la ville dont une des concessions a reçu le choc d’un cailcédrat déraciné par on ne sait quelle force naturelle.

Bien que le vent n’ait pas été violent et la pluie assez diluvienne, cet arbre, vieux de quelques dizaines d’années, a été déterré de toutes ses racines. Heureusement, aucune perte en vie humaine n’a été déplorée alors qu’un homme d’un age avancé dormait dans la maison.

Le 2e fait inhabituel est d’ordre environnemental. Suivant les flots des eaux ruisselantes, un crocodile s’est retrouvé dans la fosse d’une habitation au secteur 5. Saisi par un riverain, le directeur provincial de l’Environnement et du cadre de vie et ses collaborateurs se sont déployés sur les lieux pour secourir la bête. Inutile de préciser qu’aucun voisin n’osait s’aventurer dans les parages une fois que la nouvelle a fait le tour des concessions. Avec habileté et savoir-faire séants, les techniciens ont pu transférer l’animal dans une mare appropriée non loin de l’endroit où il a été retrouvé.

Le dernier dégât relève beaucoup plus de la défaillance humaine plutôt que d’un aléa climatique. Des latrines nouvellement construites dans le cadre du projet PADSEA, aux abords de la gare routière, ont été endommagées par cette pluie d’une densité moyenne. En effet, les dalles sur lesquelles sont élevés les murs, se sont écroulées dans la fosse, créant une excavation à ciel ouvert. C’est donc une infrastructure comportant des risques multiples qu’il a été donné de voir dans ce lieu public. Le hic est venu de la constitution des dalles ; celles-ci ne contiennent aucun fer et la question de la qualité de la construction a été soulevée, surtout que certaines briques ont été achetées chez les revendeurs locaux. Si donc les 36 latrines à construire sont faites avec les mêmes lacunes, il y a de sérieuses inquiétudes quant à la sécurité des usagers. La municipalité, bénéficiaire de ces ouvrages, est vivement interpellée.

Par Abdoulaye DIANDA (collaborateur)

Le Pays



03/09/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres