13e édition des Nuits Atypiques de Koudougou : Du suspense sur la venue d’Alpha Blondy

13e édition des Nuits Atypiques de Koudougou : Du suspense sur la venue d’Alpha Blondy

vendredi 11 juillet 2008.
 
Informer les hommes de médias, l’opinion publique et les artistes de la tenue effective de la 13e édition des Nuits atypiques de Koudougou (NAK) du 26 au 30 novembre 2008, mobiliser les partenaires techniques et financiers desdites nuits et installer le Comité d’organisation des NAK (CONAK) : tels sont les objectifs poursuivis par les organisateurs du festival des NAK, en rencontrant les différentes composantes de la presse le mardi 8 juillet 2008. C’était au jardin de la musique Reem Doogo de Ouagadougou avec pour principal orateur le directeur du festival, Koudbi Koala.

Koudbi Koala avait à ses côtés le DR de la police de Koudougou, Abdoul Karim Bélemviré, la directrice de Bénébnooma, Blandine Ky et le coordonnateur des NAK, Jacob Yara. Dans la déclaration liminaire, Koudbi Koala a débuté par le thème, ô combien d’actualité, qui porte sur "Culture et lutte contre la pauvreté". "L’Afrique est riche, ce sont les Africains qui sont pauvres", a dit le conférencier avant de clamer que la culture a sa partition à jouer dans la lutte contre la pauvreté.

Durant cette édition et au cours des rencontres professionnelles, ce thème sera débattu par des personnes avisées, mais aussi par ‘’Monsieur tout le monde’’ des bénéfices des Nuits seront distribués à des associations et à des personnes nécessiteuses…Il faut signaler que ce thème vient relayer celui qui a porté, quatre années durant, sur le concept de l’eau.

Du reste, ce thème sur l’eau avait permis d’engranger des acquis, comme des forages, réalisés au bénéfice de communes de la région et la bourse d’études qui a permis d’envoyer trois jeunes de Koudougou se former en France aux métiers de l’eau. Sur le thème de la pauvreté, les organisateurs ambitionnent d’aboutir à quelque chose de concret pour les populations.

A propos du contenu des NAK, Koudbi Koala dira que les festivaliers auront au programme : les spectacles ‘’in’’ et ‘’off’’, les rencontres professionnelles, le village atypique et la rue marchande avec ses coins de bouffe et de godets, l’espace enfant, les animations populaires et un cross populaire contre la pauvreté. Le nom du parrain de cette édition sera communiqué à la prochaine conférence de presse ainsi que les noms des principaux sponsors et partenaires.

Mais déjà, on a appris que 17 partenaires potentiels ont été ciblés, au nombre desquels la mairie de Koudougou et le ministère de la culture, qui ont déjà délié les cordons de la bourse. L’objectif du CONAK est de réunir un budget d’environ 100 millions cette année.

Côté artistes, 111 dossiers ont été réceptionnés soit 97 pour des artistes nationaux et 14 dossiers d’artistes féminins. La présélection a commencé, sur la base de critères portant sur la qualité du dossier, la carrière et le talent de l’artiste. Les critères de sélection définitive porteront sur l’équilibre des genres musicaux, le coup du cœur des organisateurs, le souci de promouvoir les jeunes artistes, les attentes du public et les conditions financières.

La sélection définitive sera connue en début août. Mais, quoi qu’il en soit, Koudbi Koala a prévenu que beaucoup de choses dépendraient de l’enveloppe financière des NAK. Pour l’organisation pratique de cette 13e édition, 09 commissions sont à pied d’œuvre avec comme innovation la création d’une commission des conseillers du CONAK.

Il a fallu quatre listes pour satisfaire la curiosité des journalistes et l’une d’elle concernait la venue probable et même annoncée à un certain moment, par le Directeur du festival, d’Alpha Blondy. Mais là, les hommes de médias sont restés sur leur faim, car le suspense .

La venue de la star ivoirienne est conditionnée à nombre de paramètres, dont le lieu du spectacle, le Théâtre populaire étant exigu pour un tel artiste, le coût de sa prestation et l’issue des négociations, en cours. D’autres sujets, comme les conditions pour jouer en live, l’entrée payante et la présence de directeurs de festivals, ont constitué également des points d’échanges avec les organisateurs.

Cyrille Zoma

L’Observateur



11/07/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres