ASFA-Yennenga : Malaise à droite...

ASFA-Yennenga : Malaise à droite...

jeudi 22 mai 2008.
 
Mamadou Thiombiano, titulaire dans l’axe et indéboulonnable aux côtés de Médard Dah. Assamy Ouédraogo, revenu de blessure, refuse d’évoluer sur le côté droit, préférant revendiquer une place dans l’axe. Adama Sabo, latéral droit de métier mais non utilisé qui finit par piquer le blues. L’atmosphère au sein de la défense de l’ASFA-Y est malsaine. Avis de tempête.

« Poste de latéral droit cherche titulaire ». Cela pourrait être le titre d’un film à l’adresse des fans de l’ASFA-Y. Les « jaune et vert » ont-ils besoin de s’inventer un rhume alors que tout n’est pas rose dans le championnat national ? Visiblement, ils n’ont aucun intérêt. Mais si une solution n’est pas trouvée pour assainir l’atmosphère au côté droit de sa défense, l’ASFA-Y se tirera, sans le savoir, une balle dans le pied.

La paire Mamadou Thiombiano-Médard Dah a bien assumé les basses besognes face aux attaquants adverses depuis le démarrage du championnat national. L’ASFA-Y présentait à un moment donné, la meilleure défense de ce marathon footballistique national. Le retour à la compétition de Assamy Ouédraogo viendra polluer l’environnement. Avec une carte de visite impressionnante (présélection avec les Etalons seniors, capitaine des Etalons locaux...), Assamy peut bien revendiquer l’axe car c’est son poste de prédilection. Avec les seniors locaux, c’est le locataire privilégié des lieux.

Les entraîneurs nationaux grincent même des dents quand le staff technique de l’ASFA-Y l’exile le plus souvent sur le flanc droit. Logiquement, le joueur nourrit donc des velléités pour l’axe. La conscience professionnelle lui aurait conseillé de se sacrifier et d’évoluer sur le côté, car cela constituerait une corde de plus à son arc. De surcroît, si le tandem Dah-Thiombiano marche à merveille. Ou s’il refusait cette éventualité, qu’il accepte le banc, attendant patiemment son heure pour déclasser Thiombiano dans une concurrence loyale. Cela permettait au staff d’utiliser Adama Sabo. Mais ce dernier ronge son frein sur le banc, regardant le staff technique se fourvoyer et ne pas se montrer tranchant face aux caprices des uns et des autres. Las de se voir négligé dans une guéguerre dont il se serait épargné, Sabo a fini par piquer le blues.

Et le joueur a bien raison. Comment comprendre que lui, latéral droit de métier, soit là et opérationnel alors que le staff se torture les méninges pour le classement de Assamy. Sabo l’a vertement manifesté en quittant le lieu d’internement avec ses baluchons, juste avant le match entre l’ASFA-Y et le RCK. Cette scène n’est peut-être que la partie visible de l’iceberg. Si le staff technique de l’ASFA-Y n’est pas assez décisif pour trancher ce problème, il le traînera comme un boulet et c’est tout le club qui risque fort d’en pâtir. Le championnat national suit son cours en tous les cas.

Béranger ILBOUDO

Sidwaya



25/05/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres