Bac 2008 : Galère et colère des 94 candidats de Pô

Bac 2008 : Galère et colère des 94 candidats de Pô

lundi 23 juin 2008.
 
Les 94 candidats des lycées provincial et municipal de Pô qui, le 19 juin, devaient se rendre à Manga pour l’examen du baccalauréat du 20 juin, ont beaucoup souffert lors de leur voyage. Le car de l’Académie militaire Georges Namoano qui les transportait est tombé en panne en pleine forêt, après 10 kilomètres environ de Nobéré. Ils ont passé environ 8 heure de temps pour rallier leur centre d’examen situé à près de 80 kilomètres de chez eux. Une vraie galère...

Parti du haut-commissariat du Nahouri autour de 7h30, lieu habituel de rassemblement des candidats au BAC de cette localité, le premier groupe de candidats, n’a pu rallier facilement Manga, leur centre d’examen situé à quelque 80 km de Pô. Le car étant tombé en panne. C’est autour de 11h que le convoi a pu redemarrer. Pendant ce temps, les autres candidats ; les plus nombreux, devaient patienter et espérer que le car revienne les embarquer. Les choses ne se sont pas passées comme souhaité. Car, jusqu’à 13 h, le car n’était toujours pas revenu.

Las d’attendre, et apparemment abandonnés à eux-mêmes, ces élèves ont de leur propre chef, décidé de se cotiser pour louer des véhicules afin d’effectuer ce voyage afin de vite arriver à destination. Surtout que c’est sur place à Manga que ces derniers dévaient connaître leur jury, leurs numéros PV et leur lieu d’hébergement. Ils devaient aussi chercher de quoi se nourrir, où se reposer et récupérer pour affronter les épreuves du lendemain. Malheureusement pour eux, le prix du ticket de voyage à eux proposé par les transporteurs n’était pas à la portée de leur bourse : 1 250 F CFA par personne. Ils se sont donc ravisés, contraints d’attendre et d’espirer par le biais de prières et autres que le car affrété pour leur voyage revienne. Ils étaient abattus par la faim, la soif, la fatigue et l’angoisse.

Ne pouvant plus attendre après 14 heures, ils ont finalement fait appel aux transporteurs pour les convoyer avant la tombée de la nuit, au prix de 1 250 F. C’est à ce moment que le car tant attendu a réapparu. Malgré cela, nombre d’entre eux ont payé leur titre de voyage avec les transporteurs. Ils sont très remontés contre les premiers responsables de leurs établissements respectifs et les bureaux APE (Association de parents d’élèves) qu’ils disent attendre au tournant.

Par Nouffou ZONGA

Le Pays



25/06/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres