Commune rurale de Saaba : Au coeur d’une sanction qui divise

Commune rurale de Saaba : Au coeur d’une sanction qui divise

lundi 21 juillet 2008.
 
Serait-il le calme qui annonce la tempête ? On ne saurait trop le dire. Toujours est-il qu’il ne se passe pas un jour sans qu’on apprenne quelque chose venant de Saaba, cette petite bourgade à l’Est de la capitale Ouagadougou. En rappel, le Maire de cette commune rurale, Henri Désiré Ouédraogo et son 1er adjoint .

Pierre T. Ouédraogo, ont été suspendus de leurs fonctions pour ‘’fautes graves de gestion’’ pour une durée maximale de trois (3) mois à compter du 4 juillet 2008. La 2è adjointe au Maire, Mme Kabré/Zoungrana Yempoaka Josiane, devrait assurer l’intérim et va exercer pleinement la fonction de Maire durant cette période. Elle a du reste été installée dans ses fonctions le 9 juillet passé. C’est pour prendre la température et tenter de comprendre mieux la situation que nous avons effectué le déplacement à Saaba qui se trouve être, on peut le dire, au coeur d’une sanction qui divise. Le 14 juillet dernier, il était 12 h 15 minutes quand nous sommes arrivés à Saaba. C’était jour de marché et les attributs qui caractérisent ce patelin étaient bien présents et très visibles. Il y avait notamment de la viande canine en abondance, en somme toutes les viandes atypiques prisées par les connaisseurs. Bref ! Même si aucun signe de nervosité n’était perceptible à Saaba, il n’en demeurait pas moins sulfureux. Cette commune est connue pour être rebelle. A preuve, nombre de fonctionnaires de l’Etat et même des Commissaires de police ont dû quitter précipitamment Saaba parce qu’une « fatwa » de la population avait été prise. Mais comment les administrés de la commune apprécient-ils cette sanction ? Comment cela s’est-il opéré ?

C’est Augustin Youga Nikiéma Conseiller Municipal de Nioko qui va nous éclairer sur l’ambiance : ‘’Ça m’a surpris, mais j’estime que je dois aussi éclairer l’opinion sur cette affaire. C’est pour cela que je suis content de vous rencontrer. Vous savez, le lotissement a surpris les conseillers et nous avions en son temps, lors d’une sessions, émis des inquiétudes par rapport à l’opération. Pour seule réponse, le Maire dira qu’il a fait un ‘ coup d’Etat’ en n’informant pas le conseil du démarrage des travaux d’indentification. J’ai failli être victime d’un lynchage à domicile parce que la population croyait que j’étais au courant des magouilles du Maire.

Et c’est ainsi qu’un jour, en session il nous dira qu’on a arrêté l’opération et qu’il y a des contrôleurs financiers qui viennent pour contrôler. Malgré la pression des conseillers pour connaître le motif, il se contentera de dire de voir cela comme ça. Le 4 juillet 2008 (NDLR : date de la suspension) on avait session à 9 heures et ce n’est qu’après 11heures qu’il s’est amené. Il dira au Secrétaire Général de remettre aux conseillers deux (2000) mille FCFA parce qu’il n’y aura plus de session. C’est le soir que nous avons tous appris la nouvelle de sa suspension. Nous pensons que c’est sa gestion autocratique et gabegique de la mairie qui l’a emporté.’’ Augustin Youga Nikiéma, il faut le dire, avait refusé une première fois de répondre à nos questions et ce n’est que vers 20 heures qu’il nous a appelé pour se prêter à cet exercice.

A entendre nombre de conseillers municipaux surtout ceux des villages, personne n’était au courant de ce qui se tramait dans les couloirs de la mairie de Saaba. Et c’est ce que confirme le Conseiller Municipal. Paul Nikiéma du village de Koala. Pour lui c’est une bonne chose que les autorités aient pris cette décision de suspendre le Maire et son 1er adjoint. Paul Nikiéma du CDP affirme qu’il n’a pas été associé à la décision de procéder au lotissement. Mais ‘’nous avons voulu attiré l’attention du Maire sur le sujet et il n’a pas voulu nous écouter. Il nous a simplement dit que ce n’est pas toute chose qu’on peut dire’’.

Même son de cloche pour Emmanuel Nikiéma du village de Mogodin, qui est assez amer contre le Maire. ‘’Il a voulu diriger la mairie comme une société familiale !’’ s’écria-t-il.

Si la plupart de ceux qu’on a pu interroger sur le sujet sont unanimes pour dire qu’il fallait suspendre le Maire au regard de la gestion chaotique de la mairie et de l’opération de recensement, ils pensent qu’il n’était pas le seul responsable et ils se posent des questions sur les vraies intentions du Ministère.

Malgré le concert de révélations et d’accusations porté sur le Maire et son 1er adjoint, il s’en trouve qui pensent que ce sont des machinations. Et le champion, c’est bien Sylvain Kiédega, militant écologiste. Il pense que l’on fait la force au Maire Henri Désiré Ouédraogo et à son 1er adjoint Pierre T. Ouédraogo. ‘’Je ne suis pas d’accord pour cette suspension, et je ne suis pas le seul. On n’a même pas consulté les conseillers avant de prendre cette décision. Ce n’est pas normal. De toute façon, on envisage les jours prochains organiser une marche de protestation et de soutien à notre Maire’’. Le chef de zone du recensement côté Est de Saaba, Compaoré Victor (dit ‘’CDP technique’’) vient aussi au secours du Maire : ‘’Il est bon notre Maire. Voyez-vous dans la région du Centre, c’est le seul qui a fait rentrer beaucoup d’argent dans sa commune. C’est vrai qu’il est novice dans la gestion, mais on pouvait comprendre. Le suspendre, ce n’était pas la solution. Il y a des secrets qu’on ne peut pas dévoiler comme ça’’. Néanmoins, malgré ces quelques personnes, les gens ne se bousculent pas aux portillon pour soutenir le Maire.

Et les autorités administratives et coutumières que pensent-elles de la situation ? Mr Yeyé Gaoussou, le Secrétaire Général de la mairie, sera le premier à nous recevoir. Logé dans la salle des fêtes dans un bureau de deux (2) mètres sur quatre (4), il se mettra à la troisième personne pour nous dire : ‘’Le Secrétaire Général ne répond pas à ce genre de questions.’’ Après un court instant, il nous dira néanmoins : ‘’Patientez un moment je vais toucher mes supérieurs.’’ Il quitta son bureau exigu et revint nous dire qu’un Conseiller Municipal était prêt à répondre à nos questions : le Conseiller Municipal CDP Augustin Youga Nikiéma. C’était justement celui cité plus haut et qui effectivement a échangé avec nous.

Nous avons alors fait un tour à la préfecture afin de rencontrer le préfet. Son secrétaire nous dira qu’il serait en permission.

La dernière personnalité à recevoir notre visite fut Naaba Koanga Chef Coutumier de Saaba. Il était 17 h 45 mn. Nous avons trouvé un chef peu bavard et assez méfiant des hommes de presse. Il nous a séduit par sa maîtrise parfaite des tournures et des phrases imagées.. Mais d’abord, nous avons voulu savoir ce qu’il pense de la situation. ‘’ On se retient de donner un quelque point de vue. Nous attendons de voir clair avant de nous prononcer. Jusqu’à présent, personne ne nous a approché pour que nous sachions ce qui se passe. Pour la suspension on ne peu pas dire que nous sommes content. Nous avons appris beaucoup de choses dans la presse, mais l’administration n’a pas envoyé quelqu’un pour nous mettre au courant de quoique ce soit. Même les conseillers municipaux ne sont pas encore venus, donc nous ne pouvons rien dire parce que nous ignorons tout.’’ Mais est-ce vrai que c’est vous qui aurait imposé le Maire ? Pour toute réponse nous avons eu droit à un sourire avant que le monarque ne dise : ‘’Qui vous a dit ça ?’’ Et est-ce vrai que vous avez convoqué le maire à maintes reprises et qu’il aurait envoyé vous dire qu’il n’avait pas le temps de venir à votre convocation ? Cette fois, il nous gratifia d’un silence avant de dire : ‘’Ce n’est pas vrai, je ne l’ai jamais convoqué et il n’est pas venu.’’ Pendant le reste de la conversation nous n’apprendrons plus rien.

C’est autour de 20 heures que nous avons quitté cette sympathique bourgade dont 8 heures passées à vouloir disséquer et comprendre la frénésie qui a saisi cette commune rurale. Si on peut se faire une idée de ce que pense l’opinion à Saaba, il est très difficile de présager ce qui peut arriver.

Aristide Ouédraogo

San Finna



22/07/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres