DISCOURS D’OUVERTURE DE MONSIEUR LE MINISTRE

DISCOURS D'OUVERTURE DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA CULTURE, DU TOURISME  ET DE LA COMMUNICATION

 

PORTE PAROLE DU GOUVERNEMENT A L'OCCASION

 DE LA 14ème EDITION DE LA SEMAINE NATIONALE DE LA CULTURE 2008

 

-         Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du gouvernement, représentant son Excellence Monsieur le Président du Faso, président du Conseil des Ministres ;

 

-         Excellence, Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,

 

-         Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

 

-         Excellence, Monseigneur Anselme Titiama SANON, Archevêque

         de Bobo-Dioulasso, parrain de la présente édition ;

  

En ce jour chargé de symboles forts et de signes annonciateurs de la convergence dans cette belle et charmante Ville de mosaïques culturelles et artistiques du Burkina Faso, j'adresse aux milliers d'artistes venus des treize (13) régions et des pays amis, la bienvenue de la nation entière à Bobo, Ville Culturelle que je souhaite Eternelle.

 

Il y a 25 ans lorsque notre Pays organisait, à Ouagadougou, la 1ère édition de la Semaine Nationale de la Culture, l'on était loin d'imaginer  qu'elle connaîtrait une évolution pérenne.

 

Aujourd'hui, la SNC a grandi, elle a 25 ans. Elle est donc à sa 14ème  Edition et définitivement établie à Bobo-Dioulasso depuis 1986. La passion des artistes était tellement perceptible et la volonté de l'Etat Burkinabé sans ambage que les efforts conjugués ont donné ce grand rendez-vous événementiel dont chacun de nous a à cœur l'ossification, la densification, la théorisation…

 

La Semaine Nationale de la Culture est une toile d'un superbe qui croît et resplendit d'édition en édition grâce à l'apport vivifiant de générations de créateurs ! Cette subtile architecture en perpétuelle édification est un motif réel de fierté et une boussole dans notre quête de l'excellence.

 

La Semaine Nationale de la Culture qui magnifie nos expressions culturelles reste le cadre approprié pour la mise en exergue de notre riche histoire commune !

 

Que restera-t-il aux filles et aux fils du Faso, quand ils auront tout oublié si nous ne prenons pas toutes les précautions ?

Le présent thème : « une éducation culturelle pour une jeunesse citoyenne » est une invite à la nécessaire formation de la jeunesse, à l'ancrage de son identité culturelle tournée vers les valeurs africaines d'abord !

 

Un esprit saint dans un corps saint a-t-on l'habitude de souhaiter à tous les enfants du monde, à toute jeunesse, fer de lance de toute société qui ne veut pas évoluer dans la négation de son identité 

 

C'est dans cette optique que le gouvernement a décidé d'introduire et de consolider dans les enseignements primaire, secondaire et même supérieur des modules culturels afin de donner à notre jeunesse de meilleures perspectives !

 

La jeunesse Burkinabé doit savoir que nos cultures sont une source intarissable d'introspection, de savoirs, de savoir faire et d'enseignements. Elles restent une école de la vie à ciel ouvert.

 

         En effet, nos sociétés nous enseignent le respect de l'autre, l'amour du prochain, le respect de la chose commune ainsi que les valeurs de solidarité. Ce faisant, le Burkina Faso continuera d'être ce "Pays des hommes intègres" que chacun de nous se doit de cultiver quotidiennement avec toujours en tête la quête de l'excellence.

 

         Cette quatorzième édition nous interpelle donc, car elle place la jeunesse au cœur de nos préoccupations pour le 21ème siècle et pour des siècles et des siècles….

 

         Bobo 2008, de par la diversité des activités et la variété des plateaux artistiques, consacrera assurément la communion entre les artistes garants de nos riches expressions et la jeunesse avide de savoir.

 

         Il m'est particulièrement agréable de saluer le retour de la diaspora burkinabé en Côte d'Ivoire et l'arrivée pour la toute première fois de celle du Ghana et du Mali; et tous ceux, artistes, hommes des média, promoteurs qui avez fait le déplacement de Bobo !

 

         Excellence Monsieur le Premier Ministre, je voudrais exprimer toute notre reconnaissance à Monseigneur Anselme Titiama SANON, Archevêque de Bobo-Dioulasso, homme d'église et homme de culture qui a accepté de parrainer cette édition en l'accompagnant de bout en bout lorsque vous le lui avez demandé.

 

         En lui rendant visite il y a 4 jours, il me disait combien il était indispensable de laisser une traçabilité de la Semaine Nationale de la Culture en créant les conditions nécessaires de conceptualisation des œuvres des artistes, en encourageant l'écriture, la recherche, la théorisation sur nos expressions culturelles !

 

         Le Burkina Faso grâce aux écoles de théâtre, de danse, d'art plastique, d'arts culinaires, d'art sculptural granitique doit s'arrêter et penser la création d'un bon conservatoire national pour pérenniser toute cette richesse !

 

        

         Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, représentant Son Excellence Monsieur le Président du Faso, Président du Conseil des Ministres, avec votre permission,

 

je déclare ouverte la 14ème édition de la Semaine Nationale de la Culture Bobo 2008.

 

         Bonne fête de la culture à toutes et à tous.

 

         Vive l'amitié entre les Peuples !

 

Je vous remercie.

 



23/03/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres