Ouahigouya : Salif Diallo parachutera-t-il à l’Assemblée ?


vendredi 11 avril 2008.
 
Salif Diallo, ci-devant ministre d’Etat chargé de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques, évincé du gouvernement Tertius le dimanche 23 mars 2008, va-t-il récupérer son siège de député ? C’est la question que nombre de personnes se posent dans son fief du Yatenga, où depuis, les conjectures sur son départ vont bon train.

Depuis le départ de Salif Diallo du gouvernement‚ nombre de personnes de sa grande famille politique ne savent plus à quel saint se vouer. Le "représentant suprême du CDP au Nord" n’étant pas venu, jusque-là, expliquer à ses ouailles les circonstances exactes de son départ‚ toutes les conjectures y relatives sont permises.

Ces derniers temps‚ à écouter les uns et les autres‚ on ne sent pas un réel engouement de ceux qui vouaient une vénération à leur leader. Si le départ du gouvernement du commissaire politique du CDP dans la région du Nord se ressent toujours comme un deuil dans certains milieux‚ dans d’autres, ce n’est pas le cas. En dehors des partis politiques d’opposition auxquels cette "disgrâce" de Salif pourrait profiter‚ il y a qu’au sein du CDP‚ des gens tirent avantage profitent individuellement de ce remue-ménage. C’est bien connu, "le malheur des uns fait le bonheur des autres".

Ce n’est pas Cécile Beloum‚ bombardée ministre des Relations auprès du Parlement, et Salam "Docteur" Ouédraogo, son suppléant à l’Assemblée nationale, qui diront le contraire. Accoucheuse auxiliaire au départ‚ puis infirmière d’Etat, élue à l’Assemblée nationale et enfin ministre‚ elle a eu, toutes choses égales d’ailleurs, plus de chance que beaucoup, pour être née sous une bonne étoile. En attendant que les autres continuent de s’apitoyer sur leur sort‚ on ne peut pas empêcher la présidente de l’association AMMIE de savourer cette ascension fulgurante.

Quant au nouveau promu à l’Hémicycle, même s’il a été surpris par la manière‚ lui au moins s’attendait à siéger, étant donné que Cécile est partie de l’hémicycle. Infirmier spécialisé en ophtalmologie à la retraite‚ Salam "Docteur" Ouédraogo s’est reconverti dans la maraîchéculture, où il fait montre d’une grande maîtrise des techniques culturales et des circuits de commercialisation.

Président de l’Association professionnelle des maraîchers du Yatenga (APMY)‚ cet infirmier devenu agriculteur avait beaucoup d’adeptes autour de lui‚ et c’est certainement ce qui lui a valu le rang de 2e suppléant sur la liste électorale de la section provinciale du CDP Yatenga à l’occasion des législatives.

Au cours de la campagne des dernières législatives dans le milieu CDP‚ on avait laissé courir la rumeur selon laquelle le 3e titulaire, Jacob Ouédraogo‚ gouverneur à l’époque, pourrait pu accéder à un poste ministériel après les élections. Son siège, en plus de celui de Yacouba Barry, 1er titulaire sur la liste provinciale‚ avait alors profité aux 2 suppléants. Malheureusement à l’arrivée, Jacob Ouédraogo, n’ayant pas eu mieux que son poste de gouverneur, a préféré porter son écharpe de député.

Et Salam "Docteur" Ouédraogo a été contraint de ronger son frein. Ce qu’il attendait depuis longtemps a donc fini par devenir une réalité‚ sauf qu’il ne peut pas jubiler, à cause des lendemains incertains, que beaucoup au sein du CDP Yatenga redoutent. Comme dans un jeu de chaises musicales, le départ de Salif Diallo a permis de hisser 02 autres personnes à des postes enviables. Mathématiquement, le CDP Yatenga n’a pas à en rougir.

Mais le hic est que le partant n’était pas n’importe qui. En plus de son charisme et du fait d’être au sommet du pouvoir‚ il était craint et vénéré par ses partisans. Ce qui préoccupe plus d’un, présentement‚ c’est le sort réservé au "grand leader" de la région du Nord après son limogeage du gouvernement.

Depuis son départ, on ne cesse de ce fait de supputer sur le prochain point de chute de Salif Diallo. Et toutes les hypothèses, même les plus fantaisistes, sont émises. Certains estimant qu’il reviendrait purement et simplement à l’Assemblée pour siéger.

Ne sachant pas jusqu’où iraient ses adversaires pour l’anéantir‚ il se pourrait que "Gorba" prenne ses précautions, en profitant du refuge douillet du Parlement. Si ce cas de figure s’avérait‚ c’est le beau-père national‚ qui n’est autre que Taheré Ouédraogo, 2e suppléant sur la liste nationale, qui risquerait de quitter l’hémicycle. Quand on connaît les relations difficiles qui existent entre ces deux hommes‚ on se dit qu’on assistera sans doute à un autre sujet à débats au moment opportun.

A moins que les hommes forts du moment ne propulsent un autre titulaire de la liste nationale à un poste plus juteux pour éviter l’humiliation à celui qu’on utilisait depuis longtemps pour contester le leadership de Salif Diallo dans la région du Nord. Assurément‚ le départ de Salif Diallo ne finira pas de susciter des commentaires et de faire des victimes... ou des chanceux.

Emery Albert Ouédraogo

L’Observateur



13/04/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres