PORTRAIT:N.Y.S.Y.M.B. LASCONY : LE DJELI DES TEMPS MODERNES

                                                                                                         C'est un monsieur, maître dans l'art oratoire, tiré à quatre épingles comme tout bon Africain d'origine congolaise que nous avons rencontrer à la sortie d'un concert époustouflant au Jardin de la Musique REEMDOGO pendant le festival Jazz à Ouaga.

Homme orchestre ou homme à plusieurs casquettes c'est selon, une chose est sûre, LASCONY utilise tous les moyens qui lui sont accessibles pour partager son expérience et son savoir avec son peuple. Il est écrivain, documentariste et conférencier. En plus de l'image et du texte, ce monsieur qui voue une confiance sans limite à la puissance de l'art oratoire (qu'il manie à merveille), s'est désormais lancé sur la voie du « poetic jazz ». Quand il dit que Bob Marley avec ses paroles a inquiété la CIA et pourtant il ne disposait d'aucune bombe atomique, il affirme clairement sa foi en la capacité de l'art oratoire d'apaiser les cœurs des africains.  

C'est tout comme le « djéli »1 dans la bonne vieille Afrique qui, assis, face aux habitants du village et au rythme d'instruments de musique, parle des forces et faiblesses du passer et met en garde contre les dérives qui pourraient survenir, que LASCONY fait son concert. Avec une voix grave et un phrasé qui lui est propre, il débite ses poèmes profonds sur la musique de ses talentueux musiciens. Il transforme toutes les scènes qu'il foule en salle de classe. Chaque concert de LASCONY, très au fait de la riche culture de son Afrique, est un véritable cours d'histoire, un moment de réflexion sur les valeurs de ce continent, mais aussi de dénonciation des maux qui le minent. « Cessons de nous dépigmenter, cessons de nous encombrer des tissages puants que nos femmes utilisent plus qu'autre chose. Tressez-vous car nègre est intègre» aime-t-il à dire.

Ce griot des temps modernes a connu le Professeur Joseph KI-ZERBO pour qui il a beaucoup de respect. C'est à travers un poème-hommage très émouvant dont la phrase introductive est « Le premier lundi du dernier moi de l'année, la flamme s'est emparée de la connaissance » qu'il l'a fait savoir à ceux qui ont suivit son concert au Jardin REEMDOGO 

Né chrétien, LASCONY s'est « déchristiannisé » avec le temps pour retourner à la religion africaine. Car selon lui : «  les africains n'avaient pas besoin des étrangers pour croire en Dieu » Il n'a aucun complexe à se proclamer animiste. Mais ce chemin de retour à l'authenticité africaine rappelle un souvenir amer de déjà vu. Pour faire mieux que certaines personnes, qui se réclamaient de cette option tels les Présidents Mobutu et Eyadema et qui l'ont malheureusement galvaudée, LASCONY ne doit pas perdre de vue que le chemin sera long et parsemé d'embûches. Car de nombreux africains ont souffert au nom des principes sacro-saints d'une soit disant authenticité.  

 

David Sanon et Mamadou Diakité.

 

LASCONY en 6 dates

1887 naissance de Marcus Garvey, son père spirituel

1968  année  de naissance

1990  libération  de Nelson Mandela

2000  naissance de son premier fils

2003  décès de Marc Vivien Foé

2003  naissance de sa première fille

 

 

1-« Djéli » : maître de l'art oratoire en pays mandingue improprement appelé griot 



18/08/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres