Pot-pourri : Forces paramilitaires : une indemnité réclamée

Pot-pourri : Forces paramilitaires : une indemnité réclamée

vendredi 30 mai 2008.
 
Ceci est une lettre de paramilitaires adressée au Premier ministre. Elle évoque les difficultés de ce corps, notamment les reclassements.

"Cela fait un bon moment que les forces paramilitaires sont a l’écoute, restant toujours sur leur soif. Il s’agit de l’indemnité de risque de métier décidée lors d’un conseil des ministres. L’application de ces indemnités devrait voir le jour en janvier 2008 mais jusque-là vous n’avez pas étanché notre soif. Monsieur le Premier ministre, l’insécurité de nos jours va grandissante et nous savons que vous ignorez pas que nous sommes la cible des délinquants. Monsieur le Premier ministre, nous comptons sur vous car vous avez toujours écouté et trouvé des solutions aux différents problèmes des uns et des autres. En retour, nous vous promettons de défier ces partisans du moindre effort qui empêchent nos honnêtes citoyens de circuler librement, pourvu que les organisations des droits de l’homme nous laissent travailler. Pour terminer, l’ensemble des corps paramilitaires souhaite la bienvenue au nouveau SG du ministère de la Sécurité et au nouveau DG de la Police, le Commissaire Ouangraoua, Excellence monsieur le Premier ministre, nous vous prions d’aider ceux que vous venez de nommer à régler cette pagaille de recensement dite “ reclassement ” qui sévit dans les rangs de notre police nationale. Cela doit servir de leçon pour nous autres paramilitaires qui ne relevons pas de la police.

Seules la discipline et la hiérarchisation peuvent rendre stable un corps. Certes la loi n’est pas rétroactive mais l’application de la loi douce pour les vaillants et honnêtes assistants professionnels de première comme de deuxième année de l’école de Police peuvent être un facteur pouvant diminuer l’intensité du feu tendant à brûler. Ceux-ci ne doivent pas être brimés au profit des reclassés. Un corps de discipline comme celui-ci, si on se permet de dire qu’il n’y a pas de commandement, c’est mieux qu’il disparaisse. Nous terminons en disant que les forces armées et paramilitaires ne sont pas des postes de remerciements. Encore bienvenue à la nouvelle équipe. Excellence Monsieur le premier ministre, l’ensemble des forces paramilitaires tout en comptant sur vous, vous souhaite une bonne carrière politique et que vos proches et vous autorités, soyez sous la protection du Tout Puissant."


Les agents du CNRST sans salaires

Salif Z. Ouédraogo, agent du CNRST, lance ici un cri du coeur pour le paiement des salaires du mois de mai au CNRST.

"Selon la planification au CNRST, les agents perçoivent leurs salaires entre le 22 et le 25 de chaque mois ; mais pour ce mois-ci, à la grande surprise des agents, des bruits circulaient depuis le 22 mai, faisant état d‘une erreur commise lors de l’établissement des états du personnel, ce qui n’a pas permis d’obtenir jusqu’à cette date le visa du contrôle financier. Et depuis, les deux services se livrent à un jeu de ping-pong, se jetant et rejetant les états. D’autres rumeurs font état d’un gel du budget CNRST par le ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, ce dernier donnant à chaque fin de mois un morceau de la cagnotte CNRST.

Cela, évidemment, a provoqué le courroux du premier responsable du CNRST qui veut son budget tout de suite et maintenant pour gérer l’établissement en tout tranquillité. Où est donc la vérité ? Pendant ce temps, aucune voie officielle ne donne au personnel la situation réelle du gel des salaires des agents. Voilà comment une frange de travailleurs burkinabè se retrouvent sans salaires et cela n’a pas l’air de déranger le staff administratif et financier. Nous comprenons leur comportement, car n’étant pas concerné par la situation difficile que vivent les travailleurs du CNRST ; en effet les financiers sont directement gérés par leur ministère ce qui ne leur pose pas de problème ; le Délégué général avec ses émoluments biens consolidés n’a pas besoin de salaire entre le 22 et 25 du mois, le ministre ne sait pas ce qu’est une fin de mois.

Messieurs les dirigeants du MESSR, du CNRST, ayez pitié de ces nombreux agents qui ont vraiment besoin de leurs salaires. Arrêtez les querelles d’éléphants pour mettre à notre disposition nos salaires.

En espérant que ce cri du coeur fera un effet immédiat, je vous souhaite bonne lecture de mon écrit."


Les "sorciers" de Manga en démonstration sur le terrain

Le samedi 31 mai prochain aura lieu à Saponé, sur le stade Naaba Sogo, la finale dans la catégorie des cadets de la première édition de la coupe du maire de ladite localité. Elle mettra aux prises l’équipe de Pissy à celle de Saponé marché. Débutée en octobre 2007, cette coupe a vu la participation de 6 équipes. Le maire de Saponé, François Konseiga, bien connu dans le milieu des dirigeants du football, a choisi ainsi de contribuer à préparer la relève. Mais incontestablement, l’attraction de cette finale sera le match atypique de lever de rideau. Celui-ci opposera les parents à plaisanterie de Manga à ceux de Saponé. Pour la circonstance et en raison des pouvoirs mystiques que l’on attribue à ceux de Manga, leur équipe évoluera à 6 joueurs contre 11 pour leurs frères de Saponé.

Si par hasard, ceux de Manga gagnaient malgré ce lourd handicap, il n’y aura plus qu’à les transférer dans l’équipe des Etalons. Ce n’est pas le ministre Jean-Pierre Palm en charge des Sports qui dira le contraire. La finale est patronnée par le ministre du Travail et de la sécurité sociale, Jerôme Bougouma et le parrain est Jean-Claude Bouda, directeur général du SIAO.


Informations sportives : "la TNB ne vaut rien"

Ce téléspectateur estime que la TNB vole bas en matière d’informations sportives et en appelle aux responsables de la TNB à revoir leur copie.

"N’y a-t-il plus de journalistes sportifs à la TNB pour nous présenter le magazine des sports ? Vraiment c’est exagéré. Depuis que les commandes ont été passées aux filles, c’est lamentable, excusez-moi du terme, mais c’est ce que nous remarquons. Nous ne savons même plus à quel niveau les championnats espagnol, italien ni anglais, portugais et allemand se trouvent. C’est lamentable. Les responsables sportifs de la TNB doivent orienter ces filles dans leurs présentations. A l’heure de l’Internet, elles ne semblent pas du tout être connectées. Car, visiblement, elles ne sont pas sportives et ne font aucune recherche. Elles ne font que nous montrer, nous ne savons quoi, des coupes de députés et de maires, comme si elles étaient les directrices de campagne de ces derniers. Même les résumés des matchs de la Champions league, il faut plusieurs jours après pour pouvoir les voir. C’est décevant.

La fois passée, mon petit de 7 ans, grand fan du foot, pleurait à chaudes larmes, pour se plaindre du fait qu’ on ne montre plus de belles phases du foot, ni ses grandes idoles : Ronaldino, Eto’o, Drogba, Kaka. Il me demandait d’acheter une antenne parabolique. Lorsque je lui ai dit que d’ici là on va les montrer, il a fondu en cris et m’a rétorqué que la TNB ne vaut rien. Tout une chaîne se disant" satellitaire et au coeur des grands événements". J’imagine combien de Burkinabè sont dans la même situation, coupés de leurs idoles du ballon rond. Si moi j’ai pu acheter une parabole, combien de pauvres sont coupés des merveilles du sport roi.

Nous pouvons comprendre que ces filles veuillent valoriser nos talents locaux mais aller jusqu’à nous couper du beau football européen, nous trouvons que c’est un manque crucial de professionnalisme de leur part. Partout, dans le monde, même au Brésil, on sait que le football européen est incontournable. Et aussi les responsables sportifs de la TNB savent bien que l’inspiration du foot européen est incontournable et que c’est ne pas en nous gavant à tout moment avec des coupes d’avant-campagne politique d’un tel ou d’une telle dans son village, que notre football va se développer. Pitié pour les pauvres ! Recevez toute ma haute considération."


Location-gérance de l’EFEC : la plainte de la fondatrice jugée irrecevable

Poursuivis pour abus de confiance sur la somme de 12 millions de FCFA, les 2 locataires-gérants de l’EFEC ont été relaxés. Le tribunal a jugé la plainte de la fondatrice de l’EFEC irrecevable. Timothée Sawadogo et Dominique Ouédraogo, promoteurs de l’Institut de formation Colbert, ont cependant assigné la plaignante devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou siégeant en matière commerciale. Les deux associés lui reprochent la "rupture abusive" du contrat de gérance et lui réclament plus de 20 millions de FCFA au titre du préjudice subi.


Dédougou : des tracts en direction du maire

Depuis le 26 mai 2008, des tracts en direction du maire Gnami Valentin Konaté circulent dans la cité de Bankuy. Ces supports de communication anonyme rédigé sur 2 pages sur une feuille de papier format A4 intitulés “guide d’interrogatoire au bourgmestre de Dédougou” interpellent Gnami Valentin Konaté sur des points que le ou les auteurs de ces tracts qualifient de “disfonctionnement ou d’abus d’autorité”. Sur la première page, le ou les auteurs de ces tracts invitent le maire à une préparation adéquate afin de donner des éclaircissements sur plusieurs questions obscures à la prochaine session du conseil municipal consacré au budget supplémentaire. Ces questions ont trait, entre autres, à 405 de la mairie carbonisé, aux critères d’attribution du marché de pavage de la cour de la mairie, aux critères de la construction de la fourrière, à certains agents communaux qui chôment et qui continuent de toucher leur salaire par manque de bureau. A la seconde page, les questions portent sur le projet de construction de 04 CEG, des projets de construction de la CAMEG, du sort réservé à la salle de ciné Loba et de la location du car ayant servi au transport de la délégation douaisienne qui a participée au FESTIMA 2008.


Eliminatoires CAN et mondial 2010 : des officiels burkinabè sollicités

Le week-end du 30, 31 mai et 1re juin 2008 se jouent les matchs de la première journée du 2e tour des préliminaires de la CAN et de la Coupe du monde 2010. Les Etalons du Burkina seront à Tunis pour y affronter les Aigles de Carthage de Tunisie. Ils ne seront pas les seuls Burkinabè à être sur le front, puisque 4 arbitres vont être à Accra pour officier le match Togo#Zambie du 31 mai prochain. Ce sont l’arbitre central Lassiné Paré, les assistants Losseni Paré et Adolphe Adama Paré et le 4e officiel Yieda Seydou Banao. en plus d’eux, l’ancien arbitre international, président de la Commission centrale des arbitres, Yacouba Ouédraogo sera l’inspecteur d’arbitres du match Nigeria#Afrique du Sud à Abuja le 1er juin.


Pour la création de l’ordre des informaticiens

Dans l’appel ci-dessous, cet informaticien plaide pour la création d’un ordre des informaticiens.

"J’invite toutes les informaticiennes, tous les informaticiens et tous les acteurs du secteur à plus de mobilisation, de solidarité et d’actions en vue de la création de l’ordre des informaticiens, car l’heure est grave, pour paraphraser l’autre. En effet, mon article paru dans le quotidien Le Pays N°3934 du 17 août 2007, intitulé "L’informatique au Burkina Faso, le règne de l’anarchie", a mis en exergue la cacophonie observée dans le milieu, due au fait que la plupart des acteurs n’ont aucune qualification universitaire et adéquate requise. Ce constat général, étant un acteur du secteur, a suscité la réaction et l’adhésion d’un certain nombre d’informaticiennes, d’informaticiens, voire des simples partisans de la création de l’ordre.

Ces réactions ont été fort enrichissantes mais malheureusement, l’adresse mail que j’ai eue à mentionner dans mon article précédent, via laquelle je recevais principalement les différentes réactions, a été purement et simplement sabotée par les partisans et les acteurs de cet imbroglio dans le secteur. Je voudrais, à travers ces colonnes, faire un appel aux informaticiennes et aux informaticiens à plus de mobilisation, et d’actions qui pourront nous conduire à mettre enfin en place un ordre des informaticiens afin d’assainir le secteur, dans l’intérêt, et pour nous acteurs actuels, et pour les générations futures, et surtout pour plus de visibilité et de crédit de l’informatique au pays des hommes intègres."

Email : ordre_informatik@excite.com


Mairie de Ramongo : un intrus au SYNATEB ?

Dans la lettre ci-dessous adressé au maire de Ramongo, le SYNATEB dit ne pas reconnaître le représentant désigné à son compte au sein d’une commission.

"Madame le Maire,

J’ai l’honneur, au nom du bureau de la sous-section et des militants SYNATEB de Koudougou V, de vous informer du mécontentement de notre syndicat pour deux raisons :

Premièrement, c’est le fait que le premier adjoint du maire de Ramongo ait agi contre la réputation et l’honneur de notre syndicat en contournant sa direction pour aller choisir un certain Edmond Drabo, instituteur certifié à l’école de Bayandinabyiri, le faisant passer pour un supposé représentant du syndicat au niveau de la Commission ad’hoc de montage des plans communaux de développement. Nous sommes convaincus que contrairement aux raisons que monsieur le premier adjoint invoque, cela n’est le fait, ni du hasard, ni de l’ignorance ; il s’agit d’un choix délibéré de sa part de mépriser notre organisation. Dans cette cynique manœuvre, il n’a pas hésité à s’acoquiner au sieur Edmond Drabo.

Deuxièmement, nous sommes aussi mécontents et inquiets quand le premier responsable de la mairie que vous êtes nous donne des rendez-vous manqués. Cette rencontre devrait être l’occasion pour nous de vous donner l’information et recueillir votre avis. Nous avons la faiblesse de croire que vous n’êtes pas mêlé à cette basse manœuvre et que c’est votre emploi de temps qui devrait être extrêmement chargé au point où consacrer quelques minutes à l’écoute du SYNATEB vous est impossible dans l’immédiat.

C’est pourquoi nous avons décidé de vous adresser cette correspondance afin que vous sachiez que monsieur Edmond Drabo ne représente pas le SYNATEB et nous dégageons toute responsabilité quant aux actes qu’il viendrait à poser.

Pour terminer, nous vous assurons de notre disponibilité dans le cadre d’une franche collaboration entre le SYNATEB et votre structure, dans le seul but de contribuer au développement de la commune de Ramongo.

Veuillez agréer madame le maire, l’expression de notre détermination à défendre les principes organisationnels de notre syndicat."


Banfora : les refondateurs rencontrent les leaders religieux et coutumiers

Une mission du mouvement pour la refondation du Burkina a séjourné le 24 mai dernier dans la Cité du paysan noir. Composée de 3 personnes, la mission a rencontré successivement l’évêque de Banfora Mgr Lucas Kalifa Sanou, l’iman de la ville Aboubacar Ba Ouattara, le chef de canton de Banfora Yoyé Hema, et celui de Bounouna Sakoulouba Soma.

De l’avis du chef de cette mission à Banfora des refondateurs, Jean-Marie Sanou, président de la Ligue citoyenne des bâtisseurs (LCB), leurs interlocuteurs ont bien apprécié leur initiative et ont promis de partager leur message (la nécessité d’un cadre national pour débattre des questions qui minent le pays et y trouver des solutions) autour d’eux. “Quand la vie est chère, elle ne l’est pas seulement pour les militants de l’opposition, ni pour ceux du pouvoir, elle l’est pour tout le monde”, a indiqué Désiré Bernard Cissoko, membre de la mission, pour insister sur la nécessité d’associer tout le monde à la recherche des solutions aux problèmes du pays.


CAN/Mondial 2010 : la CNSE à Tunis

Dans un communiqué de presse rendu public, la Coordination nationale de soutien aux Etalons (CNSE) annonce la présence de deux de ses responsables à Tunis, dans le cadre du match Etalons-Aigles de Carthage, le 1er juin. Il s’agit du président, El hadj Mahamadi Kouanda, et du secrétaire à l’information, Boubacar Zida dit Sidnaba.


Les Bouddhistes du Burkina en conclave

Ce dimanche 1er juin, la communauté des bouddhistes du Burkina tient la première réunion générale de la Soka Gakkai internationale section du Burkina (SGIBF) à la Maison Antoine Nanga. La réunion sera présidée par le responsable de la Division Afrique de la SGI, Masahiro Hayashi, le moine bouddhiste à la SGI-Japon, le révérend Endo Ishida et la directrice générale de la SGI-Togo, Ida Adjevi. La SGI est présente dans 194 pays et est membre associé de l’ONU. Elle est présidée par Daisaku Ikeda et est à l’origine de la très large diffusion du bouddhisme dans le monde. Le bouddhisme est pratiqué au Burkina depuis seulement les années 90.


Non loti de Tabtenga : zone d’habitation ou WC public ?

Il n’est pas du tout aisé de vivre dans la zone non lotie derrière le cimetière de Tabtenga. Ce lieu est devenu le dépotoir des boues de vidange de la ville de Ouagadougou. Selon un habitant qui dit ne plus pouvoir supporter de vivre dans la localité, chaque jour, du matin au soir, les camions y viennent pour déverser leur contenu, après avoir vidangé des WC dans les autres quartiers de la ville. Le quartier est invivable, du fait des mauvaises odeurs. Les populations se plaignent, soucieuses de leur santé, surtout de celle de leurs enfants qui, du reste, ont souvent besoin d’aller jouer hors des concessions. Elles demandent donc aux vidangeurs d’avoir "pitié" d’elles et aux autorités d’intervenir, car, a dit l’interlocuteur que nous avons cité plus haut : "Même si c’est un non loti, pour l’instant, nous y vivons, espérant avoir aussi la chance d’avoir un jour notre parcelle. Nous n’avons pas le choix, nous devons obligatoirement y rester."


A propos du CEBNF de Yonkuy

Une erreur de saisie nous a fait écrire dans la rubrique pot-pourri du 23 mai 2008, que le financement des infrastructures du CEBNF de Yonkuy a été assuré par Training for Developpement (traDE. En réalité le financement a été assuré par la coopération Autrichienne pour le développement pour un coût de réalisation d’environ 63 millions de F CFA Training for Developpement en est l’agence d’exécution.


Côte d’Ivoire : de nouveaux passeports

Selon l’agence Altercom, le gouvernement ivoirien a, récemment, approuvé une convention de concession concernant la production de passeports ordinaires biométriques à puces électroniques. Cette concession est accordée à la Société nationale d’édition de documents administratifs et d’identification (SNEDAI).

La mise en circulation de nouveaux passeports vise à moderniser le passeport ordinaire ivoirien.

Il remplacera le passeport ordinaire actuel, qui est manuel et falsifiable. Le nouveau document répond aux normes internationales de sécurisation et de fiabilité.

Le prix du passeport passera de 25 000 F CFA à 40 000 F CFA, en raison, selon le ministre ivoirien de l’Intérieur, "des charges induites par l’opération".

Les 40 000 F CFA se décomposent comme suit : 24 000 F CFA de frais de fabrication, 15 000 F CFA de droits de timbre, 1000 F CFA de redevance police.

La durée de validité du passeport sera désormais de 5 ans, au lieu de 3 ans, comme c’est le cas jusqu’à présent.

Une période transitoire de 18 mois est fixée, à compter de la mise en circulation du nouveau passeport ordinaire biométrique à puces électroniques, pour permettre le remplacement des passeports ordinaires en cours de validité.


Crise alimentaire en Afrique : la Bad mobilise un milliard de dollars

Selon l’agence Altercom, le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka, a annoncé, il y a quelques jours, que la BAD allait mobiliser un milliard de dollars supplémentaire (423 milliards de F CFA) pour faire face à la crise alimentaire qui sévit dans plusieurs pays africains.

Avec ce nouveau financement, le portefeuille agricole actuel de la BAD sera porté à 4,8 milliards de dollars (62 604,4 milliards de F CFA).

La BAD envisage, de plus, de dégager environ 250 millions de dollars (105 750 millions de F CFA), sous forme de décaissements rapides, pour l’achat des intrants et des engrais.


Conseil des droits de l’homme : 15 nouveaux membres élus le 21 mai

L’Assemblée générale a procédé le 21 mai dernier à une élection partielle à bulletins secrets destinée à élire 15 membres du Conseil des droits de l’homme dont le terme expirait au mois de juin.

Dans le groupe des Etats africains, le Burkina Faso a été élu avec 180 voix sur les 192 Etats membres des Nations unies, a rapporté le porte-parole du président de l’Assemblée générale, Janos Tisovszky. Le Gabon a remporté 178 voix, le Ghana 181 et la Zambie 182.

Dans le groupe des Etats asiatiques, le Bahraïn a remporté 142 voix, le Japon 155, le Pakistan 114 et la république de Corée (Corée du Sud) 139 voix. Dans le groupe des Etats d’Europe de l’Est, la Slovaquie a remporté 135 voix et l’Ukraine 125. Dans le groupe des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes, l’Argentine a remporté 172 voix, le Brésil 175 et le Chili 176. Enfin, dans le groupe des Etats d’Europe de l’Ouest et autres Etats, la France a remporté 123 voix et le Royaume-Uni 120 voix.

Pour être élus, les Etats devaient remporter la majorité absolue des voix, soit plus de 97 votes. Le vote se déroulait à bulletins secrets. Les membres servent des termes de trois ans. Ils ne peuvent se présenter à plus de deux termes consécutifs. Chaque année, 15 membres sont remplacés.

Le Conseil a été créé en 2006 et à l’époque les Etats élus avaient procédé à un tirage au sort pour savoir qui servirait un an, deux ans ou trois ans. Les Etats élus aujourd’hui occuperont leur siège à partir du 19 juin 2008. Les membres du Conseil sont soumis à une obligation de révision de leurs politiques en matière de droits de l’homme.


Garango : éveil et conscientisation en musique en fin mai

Le Groupe Eveil et conscientisation organise du 29 au 31 mai à Garango, province du Boulgou, un événement musical dénommé "Music connexion 2". Celui-ci se déroulera au Centre populaire des loisirs (CPL) avec au menu des activités comme une conférence publique qui sera animée, en principe, par l’artiste-musicien Smockey le premier jour, le lancement des artistes de Music connexion et la compétition, le dernier jour, des artistes de Music connexion 2. La cérémonie d’ouverture est prévue pour être présidée par le gouverneur de la région du Centre-Est et parrainée par Me Jean Célestin Zouré, notaire.


Université de Ouagadougou : les littéraires en fête

Le Club littéraire et artistique Nazi Boni de l’université de Ouagadougou (CLANBUO) organise du 29 au 31 mai, les 72 heures du littéraire sous le thème "Le rôle de la littérature dans la formation culturelle de la jeunesse". Au programme, il est prévu des expositions d’oeuvres littéraires, d’oeuvres artistiques, un panel sur le thème, des concours littéraires. Il est également prévu un tournoi sportif, des déclamations de poèmes, des prestations d’artistes, une journée de la parenté à plaisanterie et une kermesse. L’événement est parrainé par le ministre Joseph Paré et le secrétaire général de la Commission nationale pour la Francophonie, Dramane Konaté.


Fondation Richelieu : premiers pas au Burkina

Le secrétaire général de la Fondation Richelieu, Pierre Aubin, devrait séjourner du 8 au 11 juin prochains au Burkina, dans le cadre d’une tournée qui le conduit également au Niger et au Sénégal. Basée au Canada, cette fondation s’occupe, selon Marie Mechtilde Guirma, qui nous a transmis l’information, de "la promotion de l’être humain en général, et évolue dans les domaines du développement, de la santé, de l’éducation, de la promotion de l’entreprise privée, de l’agriculture, de l’environnement, de l’écologie, etc". Elle finance les projets jusqu’à hauteur de 75%.


Belle finale de l’OSEP 2008 à Bittou

La finale de l’édition 2008 de l’Organisation du sport à l’école primaire (OSEP) de la Circonscription d’éducation de base (CEB) de Bittou s’est jouée le samedi 17 mai dernier au Stade municipal de Bittou sous le patronage du préfet du département de Bittou. L’école de Loaba a triomphé de la sympathique et athlétique équipe de l’école Bittou "A". Une vraie finale qui a tenu toutes ses promesses. De vrais petits génies, ces enfants des écoles Bittou "A" et de Loaba qui ont su s’imposer aux douze (12) autres équipes et qui ont émerveillé l’assistance venue nombreuse au Stade municipal de Bittou.

Au finish, c’est l’école de Loaba qui s’impose par la plus petite des marques, un but à zéro.

Cette édition était placée sous le parrainage de Madame Hadja Ouattara/Ouédraogo Mariam, PDG de la Boulangerie Naba Boulga de Bittou. Une généreuse donatrice grâce à qui, des prix en nature et espèce ont été remis aux équipes finalistes et à toutes les écoles qui ont effectivement pris part à cette édition de l’OSEP 2008 de la CEB de Bittou.


Bobo : les entreprises à l’école de la maîtrise des dépenses énergétiques

La Maison de l’entreprise a, en collaboration avec la Cellule de gestion de l’énergie ( CGE), organisé le 29 mai 2008 à Bobo Dioulasso une rencontre d’échanges avec une cinquantaine de responsables d’entreprises privées sur la problématique de la maîtrise des dépenses énergétiques, notamment de l’électricité. “ La maîtrise des dépenses énergétiques est un facteur déterminant au niveau de la compétitivité et de la performance de nos entreprises privées” , a indiqué le coordonnateur de la CGE, Désiré R. Compaoré. Principal animateur de la rencontre, il a entretenu les participants sur les avantages de la maîtrise des dépenses énergétiques dans les structures privées. Les enjeux de la maîtrise énergétique pour notre pays, a dit le coordonnateur Compaoré, sont à la fois d’ordre financier, économique, environnemental, et géopolitique.


Les 48 heures "sport" de l’amitié

En cette fin d’année scolaire, sur l’initiative du Bureau exécutif de l’Association des parents d’élèves, l’Ecole internationale de l’Amitié organise des journées sportives le 1 mai et 1er juin 2008 au sein de leur établissement sous le haut parrainage du président de l’université de Ouagadougou.

Au programme :

1- un cross populaire regroupant les élèves, les parents d’élèves, les anciens élèves, les enseignants, l’ensemble de la communauté scolaire, les partenaires et amis de l’Ecole donnera le coup d’envoi des 48 heures "sport" de l’Amitié le samedi 2008.

départ du cross : 31 mai à 7heures devant l’école.

2- un tournoi de football (maracana) sur le terrain en face de l’école

Le samedi 31 mai à partir de 16h00, en levée de rideau : match de football féminin du secondaire et le dimanche 1er juin à partir de 8h00.

Les mi-temps de football seront agrémentées par un concours de danse et ou des chansons par les élèves. Il y aura également une animation musicale, des boissons et des brochettes (en vente).


2e édition de la Roue de la Bougouriba

Placée sous le patronage du ministre des Sports et des Loisirs et sous le parrainage du P-DG de SATCI-SA, Djakalia Traoré, la 2e édition de la Roue de la Bougouriba a connu une grande mobilisation. On pouvait noter la présence de Jean Pierre Palm, ministre des Sports et des Loisirs, du parrain, du haut-commissaire de la Bougouriba, du député-maire et d’une foule nombreuse venue assister ce dimanche 20 avril 2008 à une course-cycliste avec des vélos ordinaires.

Les cinq départements de la province, à savoir Dolo, Bondigui, Lolonioro, Tiakoura et Diébougou ont présenté 5 cyclistes par département chez les femmes et chez les hommes, soit au total 25 cyclistes chez les dames et 25 chez les messieurs. Les coureurs ont rivalisé d’ardeur sur un circuit de 3,5 km allant de la station Total à la douane, à parcourir 3 fois pour les dames, et 6 fois pour les hommes, soit respectivement 10,5 km et 21 km.

Après une course âprement disputée par les femmes qui ont été les premières à commencer les compétitions, Pooda Clarisse de Diébougou, suivie de Tioyé Clarisse de Tiankoura et de Sou Inès de Dolo, purent franchir les premières la ligne d’arrivée. Chez les hommes, le niveau de la course a été plus élevé. Au sprint final, c’est Diébougou qui rafle la mise par l’entremise de trois de ses coureurs suite à une échappée pour occuper à l’arrivée les trois premières places.


Reboisement : un camp chantier en juillet au parc de Ziniaré

Si tout va bien, un camp chantier de reboisement aura lieu du 18 au 20 juillet prochains au parc animalier de Ziniaré du chef de l’Etat. Elle aura pour dénomination "Opération parc vert Ziniaré 2008", avec pour objectif de "renforcer la coloration écologique" de ce site touristique. Le maître d’oeuvre en est l’association Palipouguini de lutte contre la désertification. Pour le camp chantier qui sera parrainé, en principe, par le gouverneur du Plateau central, un millier de jeunes issus d’associations du Kadiogo et de l’Oubritenga prendront d’assaut le parc animalier pour y mettre en terre 15 000 plants de diverses espèces. Les 72 heures de camp donneront également lieu à une marche pour un Burkina vert, à un exposé sur "jeunesse et écocitoyenneté", à une journée zéro sachet à Ziniaré et à des causeries débats.


Bloc-notes

* La société COGIFER organise une exposition vente de fer forgé, de sculpture, de poterie et d’objets de design du 1er au 8 juin de 16h à 20h, à son siège de Cissin.

* Pour marquer la fin de l’année scolaire 2007-2008, il sera organisé le samedi 31 mai 2008 une cérémonie de distribution de prix au Prytanée militaire de kadiogo à partir de 8 heures à Kamboinsé. Cette cérémonie sera présidée par le ministre de la Défense.

Le Pays



30/05/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres