RAY-BILL-GOUBAL : Un trio de feu

RAY-BILL-GOUBAL : Un trio de feu

 

Ce vendredi 25 avril 2008, nous sommes arrivés au Reemdoogo aux environs de 10h. Les Lieux grouillent de monde. Aicha Koné, Floby et Sissao sont présents pour peaufiner un spectacle. Dans une salle à coté, Jean Goubal Kalala est en pleine répétition. Face à lui, deux géants de la musique africaine qui ne s’étaient pas vus depuis belle lurette: Ray Lema et Lokua Kanza. Ils écoutent attentivement et apprécient. Mais Lokua doit partir. Son emploi du temps est chargé. Petite séance de photo et poignées de mains on continue de répandre quelques notes agréables avant de mettre fin à la séance. Nous nous retrouvons à la cafète pour échanger un peu. Quelques heures après, arrive Bill Aka Kora, programmé pour répéter dans l’après midi. Moment formidable !!

Ces trois larrons qui se sont retrouvé au jardin Reemdoogo, parlent presque le même langage et  partagent  une même vision  sur l’évolution de la musique africaine.

Ray Lema, le doyen du trio, s’inquiète et se dit conscient  de la programmation  musicale qui est en train de prendre le pas sur la musique live. Il interpelle les autorités de sur les enjeux de la culture  et de ne pas permettre a l’occident de devenir une boite a rythmes.

Ils demandent à nos autorités de s’investir pour mettre en valeur des instruments modernes

et traditionnels pour donner un nouvel élan a la musique africaine, un transfert de connaissances  entre les deux concepts

Selon Goubald Kalala, la rencontre entre Bill, Ray et lui n’est pas le fait du hasard. Il le qualifie de mariage artistique qui peut changer beaucoup de choses  dans une nouvelle dynamique de la musique africaine. Cette rencontre est pour lui un mariage definitf et ensemble ils vont  corriger  les manquements afin trouver les solutions définitives et  ils comptent beaucoup  sur l’expertise du doyen Ray Lema.  

Quant a Bill, il met l’accent sur la musique instrumentale. Sa référence,  la guitare de Tenga  qui existe depuis les annees 1960 et qui continue de faire des merveilles.

Bill compte sur Ray Lema pour parfaire ses projets. Le model « atalakou »  ne reflète

pas sa vision  de donner plus de crédibilité  a sa musique.

En somme, la rencontre du Reemdoogo avec ce trio rodé de la musique africaine  nous a permis de toucher du doigt les vrais problèmes qui minent la musique africaine et, avec cette volonté unifiée, les premiers acteurs de ce combat, ils feront de sorte que notre musique  ne meurt à jamais.

 

David Sanon



29/04/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres